origineBellelay est le nom du monastère fondé en 1136 par Sigenand, prévôt de Moutier, dans le Jura suisse actuel.

Les avis divergent quant à la signification du nom lui-même (cf. Guido Burkhalter, La Tête de Moine (fromage de Bellelay) et sa région d'origine, Schaffhouse, Kühn, 1979, p.8).

Première mention du «Fromage de Bellelay» dans une lettre datée du 16 août 1570 que l'abbé de Bellelay de l'époque adresse au prince-évêque de Bâle. Il y est question de «dryssig belleley Kess» (trente fromages de Bellelay) que l'abbé a fait livrer.

Origine du nom «Tête de Moine»

Versions 1 et 2Le fromage de Bellelay fut rebaptisé «Tête de Moine» à la fin du XVIIIème siècle. La première mention de ce nom se trouve dans les actes du Département du Mont-Terrible – la région avait été annexée par les Français et transformée en département – dans les années 1790 dans un document imprimé portant le titre «Tableau du maximum des objets de première nécessité».

Version 1:
Surnom datant de la période révolutionnaire (assimilation du fromage à racler à la tonsure d'un moine)

Version 2:
Des histoires racontées dans le Jura font état d'une quantité de fromages stockée à l'Abbaye «par Tête de Moine». Extension du terme au fromage lui-même.

La dénomination «Tête de Moine» est celle qui prévaut de nos jours.